Les cheminées cosmo-telluriques

Aujourd’hui encore les géobiologues ont du mal à définir l’origine de ce phénomène particulier, de forme ovale, que l’on peut trouver dans la nature, mais aussi chez soi dans son salon!

Une cheminée cosmo-tellurique est faite d’un centre de forme ovale d’environ 60 cm de diamètre et de plusieurs bras dont la longueur varie (de 1 à 15 m).

On peut distinguer 3 familles de cheminées cosmo-telluriques qui se distinguent en fonction de leur taux vibratoire, mesuré en Unité Bovis (UB) :

  • Taux vibratoire bas, inférieur à 6000 UB : propice au développement de maladie, herbe rase.
  • Taux vibratoire moyen, entre 6000 UB et 9000 UB : on peut y observer des ronds de champignons..
  • Taux vibratoire haut, supérieur à 9000 UB : ovoïde qui présente dans la nature une herbe verte et grasse.

Une cheminée cosmo-tellurique à la particularité .. de RESPIRER ! Elle a deux spécificités majeures :

  • elle aspire tous les phénomènes telluriques présent autour d’elle dans sa phase ascendante (réseaux, rayonnements gamma, phénomènes liés au cours d’eau),
  • et elle insuffle avec force une énergie cosmique dans sa phase descendante au point de distordre et repousser l’ensemble des phénomènes d’ordre géobiologique se trouvant autour d’elle.

En outre, elle condense l’ensemble des phénomènes géobiologiques dans sa phase descendante, multipliant leurs effets géopathogènes potentiels.

Dans tous les cas, même sur les CCT dont le taux vibratoire est élevé, il est très dangereux pour l’équilibre énergétique du corps, de séjourner au dessus et/ou dans un des bras d’une cheminée cosmo-tellurique.

Il peut arriver qu’un des bras d’une CCT se retrouve sous le canapé ou un fauteuil du salon, mais aussi au niveau d’un lit. Dans ce cas, il est fort probable que le sommeil en soit grandement perturbé.

Bien souvent, l’habitant fuit naturellement cette zone géopathogène.

Heureusement, il est possible de dialoguer avec ces phénomènes mystérieux, et dans la plupart des cas, elles acceptent de se déplacer en dehors de l’habitation de manière a ne plus être une source de perturbation pour les humains.